Vivre à la parisienne avec Claire Lise

How to be Parisian with Claire Lise

Ever wondered what it would be like to move to Paris? Claire Lise gives us an insider’s look into French work culture, what it takes to work in one of France’s hardest (male-dominated) jobs, and the best things about living in Paris.

[00:07] - Shade

Welcome to the Naked French Podcast, where we talk to French people about life, love, and all the stuff in between. I’m your host, Shade, and I’ll be speaking in slow French and English, in case you miss a sentence or two. If you want to follow along, you can get the free transcript at nakedfrench.co.

[00:26] - Shade

Ever wonder what it’d be like to move to Paris? Today, we’re talking to Claire-Lise, who lives right in the heart of Paris. She’s super smart and ambitious, making her way through the male-dominated world of actuarial science. 

What does that mean? You’ll find out. Along with what it’s like living in Paris, the one restaurant you gotta try, and whether the fabled ‘two-hour lunch break’ is actually a thing. So without any further ado, let’s get started. 

[00:55] - Shade

Bonjour Claire-Lise et bienvenue au Naked French Podcast. On est vraiment contentes de t'avoir ici aujourd'hui pour discuter un peu de ta vie.

 

[01:03] - Claire-Lise

Bonjour, merci beaucoup, moi je suis très contente d'être ici aujourd'hui, donc pour discuter avec vous.

 

[01:09] - Shade

Alors on va commencer au tout début. Où est-ce que tu as grandi et comment est-ce que tu as grandi ? Est-ce que tu as grandi à la campagne ou dans une ville ?

 

[01:17] - Claire-Lise

J’ai plutôt grandi dans une ville, mais j'ai habité dans la banlieue à côté, donc c’était un petit peu entre les deux, j'ai quand même vécu dans une maison.

 

[01:24] - Shade

Ah ok, alors tu avais ta propre maison ? Tu n’as pas grandi dans un bâtiment ?

 

[01:28] - Claire-Lise

Non, je n'ai pas grandi dans un appartement, dans un immeuble. J'avais vraiment ma maison avec le jardin, la piscine… tout ça.

[01:35] - Shade

Claire-Lise grew up in the beautiful suburbs of Lyon. Close enough to the city, but far enough that she lived in a house with a garden AND a pool. 

[01:43] - Claire-Lise

Parle-nous un peu de ta famille. Est-ce que tu avais beaucoup de frères et de sœurs ?

 

[01:47] - Claire-Lise

Oui, on n'est pas très nombreux, mais on est trois. Je suis la plus grande et donc j'ai une petite sœur, Ève-Marie, et un petit frère, Henri.

 

[01:55] - Shade

Alors tu es la plus âgée ?

 

[01:56] - Claire-Lise

C'est ça, c'est moi la plus responsable, la plus âgée.

[01:59] - Shade

Claire-Lise is the oldest of three siblings – and of course, the most responsible. She has a sister named Ève-Marie and a brother, Henri.

 

[02:09] - Shade

Et quel genre d'adolescente étais-tu ? Si tu devais choisir trois mots pour te décrire à l'époque ?

 

[02:16] - Claire-Lise

A l'époque, quand j'étais adolescente, j'étais plutôt timide. J’étais vraiment toujours un petit peu réservée, mais j'aimais beaucoup lire. J'étais vraiment un vrai rat de bibliothèque ici. Et je passais beaucoup de temps à rêvasser. Donc parfois, je n'étais pas toujours très attentive en cours.

 

[02:34] - Shade

Alors on dirait que tu étais étudiante depuis le tout début. Tu aimais les études, tu aimais l'école et les choses comme ça ?

[02:42] - Claire-Lise

Non, je n'aimais pas trop l'école, j'aimais beaucoup lire, mais je n'aimais pas ce qu'on me demandait à l'école. Et souvent, même si je lisais beaucoup, si on me demandait de lire un livre, eh ben, je ne voulais pas le lire parce que j'avais l’esprit de contradiction dès mon plus jeune âge.

[02:56] - Shade

Growing up, Claire-Lise was shy and spent a lot of time with her head in books. So much so that she sometimes forgot to pay attention in class. While she liked learning, she didn’t like school – or, rather, being told what to do. She had that classic l’esprit de contradiction – the spirit of contradiction – that defines a lot of French teens. 

[03:18] - Shade

Quel genre de livres est-ce que tu aimais lire ?

 

[03:21] - Claire-Lise

Vraiment tout, j'adorais vraiment tout lire. Les grands classiques de la littérature ou des romans un petit peu  à l'eau de rose aussi. Je ne lisais pas que du Victor Hugo ! Mais non, j'aime vraiment tout lire. Peut-être, sauf les romans policiers. C'est-ce que… le seul genre que j’affectionne un peu moins.

[03:38] - Shade

Et quels étaient tes rêves et tes espoirs en grandissant ? Quel genre de personne est-ce que tu voulais devenir ?

 

[03:44] - Claire-Lise

Ça c'est une question compliquée parce que je ne suis pas comme les gens qui avaient par exemple envie de devenir médecin en grandissant, qui avaient un rêve de métier. Par contre, j'avais plutôt envie d'essayer d'être une personne dont je pourrais être “fière”, entre guillemets, d'avoir un métier qui me plaît, qui m'intéresse et de pouvoir me marier, d'avoir une famille, des choses comme ça. Assez simple, finalement, rien de fou.

[04:09] - Shade

Claire-Lise never had a dream job growing up, but she knew exactly what she wanted. She wanted to be a person she could be proud of, a job that would interest her, and she wanted a family too. 

Now, before we get any deeper into Claire-Lise’s life, I want to find out more about her name.

 

[04:24] - Shade

Et ça, c'est super, c'est des ambitions très saines déjà, et après, on sait qu'à la fin,  tu as fait des trucs incroyables avec ta vie. On va en parler un peu plus tard, mais on veut parler de ton nom. J'adore ton nom, Claire-Lise. Est-ce que c'est ton prénom et ton deuxième nom que tu utilises ensemble ? Ou est-ce que c'est ton prénom qui a deux noms ? En anglais, c'est rare d'avoir un prénom avec deux noms. Si les gens ont deux noms, c'est sûrement parce qu'ils utilisent leur prénom et leur deuxième nom ensemble.

 

[04:54] - Claire-Lise

En fait, c'est vraiment un prénom, c’est “Claire-Lise” ensemble et j'ai encore d'autres prénoms après qui sont… mais que je n'utilise pas. Parce qu’en fait, sur ma carte d'identité, je m'appelle Claire-Lise Reine Cécile. “Reine” et “Cécile” ce sont mes deux grands-mères. Donc, en soi,  j'en ai quatre.

[05:14] - Shade

Unlike in English, where you may use your first and middle name, Claire-Lise is actually her full first name. And that’s not even all of it: her official name is Claire-Lise Reine Cécile, with the last two coming from her grandmas.

[05:27] - Shade

J’adore ! C’est un nom très noble. Je pense que tu pourrais voir ça dans un film ou le nom d'une princesse ou d'une reine.

 

[05:35] - Claire-Lise

Ma maman elle a un nom très commun, elle s'appelle Catherine, et il y a beaucoup de gens qui s'appellent Catherine et elle voulait que ses enfants aient tous un nom qui soit original. Qu’il n’y ait pas trois “Claire-Lise” dans la classe. Donc c’est pour ça.

 

[05:47] - Shade

Ben, c’est pareil avec moi. Ma mère, elle m'a appelée Shade parce qu'elle voulait me donner un nom unique et à la fin, ben, personne ne sait comment prononcer mon nom.

 

[05:57] - Claire-Lise

Je me demandais aussi quand j'ai vu ton prénom écrit : “Comment est-ce qu’on pouvait le prononcer ?”, je ne savais pas si c’était “Shayd” ou “Shad” ! 

[06:04] - Shade

Beaucoup de personnes m'appellent “Shayd” et ma mère elle déteste. Elle trouve ça horrible. Elle va dire “Non, je n’aime pas pas quand on t’appelle Shayd, tu t'appelles Shade (Shadé) !”. 

[06:12] - Shade

Claire-Lise’s mom was named Catherine – a pretty common name. So she wanted her daughter to have something more unique. I can definitely sympathize. 

Now it’s time to get into Claire-Lise’s job. Mainly, what is an actuarial scientist? 

[06:27] - Shade

On va parler de ton métier. Alors, ton métier, c'est actuaire. Moi, je n'avais jamais entendu parler de ça auparavant. Alors, s'il te plaît, explique-nous, en quoi consiste ce travail ? Et comment est-ce que tu es tombée dans cette direction de métier ?

 

[06:46] - Claire-Lise

Alors, actuaire, en fait, c'est des mathématiques appliquées à l'assurance, globalement. On va travailler plutôt pour les assurances, pour les mutuelles, éventuellement pour les banques ou pour certaines organisations comme par exemple l’ACPR, ça va être une organisation gouvernementale qui va contrôler en fait ce qui se passe dans les assurances pour vérifier que les assurances respectent bien la législation. Donc, on peut travailler là aussi. Et donc, moi, personnellement, je travaille plutôt dans le conseil. Donc ça veut dire que je vais intervenir auprès de sociétés qui ont besoin de conseils en assurances et leur apporter une expertise sur les sujets qui les intéressent.

[07:23] - Shade

Basically? Actuaries are insurance specialists that use math to predict the effect of  risks and uncertainty. They can work for banks, insurance companies, government organizations and more. Claire-Lise is a consultant, so she works with companies that need insurance advice. 

 

[07:40] - Shade

Alors, j'imagine que c'est un travail qui a besoin de beaucoup de mathématiques et de statistiques. Tu dois vraiment aimer les maths.

 

[07:48] - Claire-Lise

Alors oui, en plus, c'est pour ça que je voulais devenir actuaire, ce que j'aimais beaucoup les mathématiques et j'aimais moins la physique, donc je suis plutôt partie faire actuaire parce que c'était un métier qui… en tout cas déjà des études, qui demandaient de faire des mathématiques. Ensuite, dans la vie de tous les jours, je les utilise beaucoup moins qu'à un moment donné, beaucoup moins que pendant mes études. C'est vrai qu'il y a aussi toute une dimension juridique, mais il y a d'autres actuaires qui, vraiment, vont faire des maths tous les jours. Ça dépend. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, c'est extrêmement varié. Quand on commence à avoir un petit peu d'expérience en tant qu’actuaire, on n'est pas capable, forcément, de travailler à la place d'un autre actuaire s'il ne fait pas les choses dans le même domaine que nous.

 

[08:32] - Shade

Ah ok, c’est intéressant parce que moi, je trouvais que c'était un travail assez concentré, où c'était vraiment le travail d’actuaire. Mais on dirait qu'il y a plein de carrières dans la catégorie d’actuaires.

 

[08:45] - Claire-Lise

Oui, c'est ça. On a aussi un peu de juridique, c'est assez varié. On a besoin d'être capable de discuter avec des personnes qui ont des profils différents. Ça peut être la comptabilité comme le juridique, comme carrément les gens qui sont sur la finance, donc, c'est ça qui est intéressant. C'est varié, ce n’est jamais la même chose.

[09:02] - Shade

Claire-Lise loves math, which is part of the reason she chose her job. But surprisingly, she does a lot less than she did at school. There’s actually a lot of variety in the field; some actuaries focus more on math, or on legal stuff, and you can work with all sorts of people. 

 

[09:19] - Shade

Et combien d'années d'études est-ce que tu as dû faire pour ça ?

 

[09:23] - Claire-Lise

Alors, c'est un peu comme les études d'ingénieur, par exemple, donc en France, on va avoir ce qu'on appelle les classes préparatoires. C'est après le lycée, on a des classes préparatoires, donc là, moi, j'en ai fait une qui préparait en fait à passer le concours d'ingénieur. Donc c’était une… à dominante mathématique, physique, scientifique. Et ensuite, je suis rentrée en école d'actuariat. Et là, c'est trois ans. Et au bout de ces trois ans, il faut passer un mémoire pour entrer à l'Institut des actuaires. Donc, c'est cinq ans d'études en tout (supérieures).

[09:57] - Shade

Waouh, incroyable. Est-ce que tu as dû faire des stages après, ou est-ce que c'était cinq ans d'études et tu peux rentrer directement dans le travail ?

 

[10:03] - Claire-Lise

Non, en fait, pendant ces cinq années d'études, la dernière année, la moitié de l'année est consacrée à un stage de six mois.

[10:10] - Shade

It takes lots of work to become an actuary. In France, if you want to get into an elite university, you need to be accepted into preparatory classes, or prépas, study for two years, and then pass the entrance exam. Then you have to go to actuarial school for three years and do a six-month internship. And then, you have to do a dissertation to enter the Institute of Actuaries. 

So, in total, that’s five years of hard study and a lot of hoops you gotta jump through. Only the best of the best make it. 

[10:41] - Shade

OK, ça, c'est cool. Et alors, où est-ce que tu habites maintenant ?

 

[10:44] - Claire-Lise

Et ben maintenant, j'habite à Paris, donc c’est une ville dans laquelle j'ai toujours eu envie d'habiter et donc je suis très contente d'avoir pu réaliser ce rêve-là.

 

[10:55] - Shade

Qu'est-ce que tu aimes dans le fait d'habiter à Paris ?

 

[10:59] - Claire-Lise

Alors, j'aime beaucoup la ville, déjà, elle est belle. C'est très beau, il y a de beaux monuments. Quand on se promène, on est presque dans un musée à ciel ouvert parce qu'il y a toujours quelque chose à voir. Je trouve que c'est une ville qui bouge. Moi, j'aime bien les grandes villes. J'aime bien quand il y a du monde, tu peux rencontrer des gens. C'est agréable. Il y a toujours un nouveau restaurant à tester, une nouvelle exposition à faire. Même si je n’en fais pas aussi souvent que je le souhaiterais. J'aime beaucoup cette ville.

[11:25] - Shade

Claire-Lise lives in Paris, and absolutely loves it. Walking around feels like you’re in an open-air museum. There’s always something to see, or a new restaurant to try, or something new to do. She really enjoys living in a big city and meeting new people. 

But is the city a good place for foreigners to live?

[11:44] - Shade

Et si tu n'étais pas française, est-ce que tu recommanderais Paris comme une ville dans laquelle vivre en tant qu'étranger ?

 

[11:52] - Claire-Lise

Oui, oui, je pense. Après, ça dépend toujours de ce qu'on recherche, mais si on aime vivre en ville et qu'on aime bien, par exemple, la culture et les choses comme ça, je pense que Paris, c'est vraiment une ville qui n'a pas son équivalent. 

[12:07] - Shade

According to Claire-Lise, it depends on what you’re looking for. If you like city life and culture, Paris is a city that has no equal. 

If you’re just planning on visiting, what’s one restaurant you can visit to get a taste of life in Paris? 

[12:22] - Shade

Alors, bon, beaucoup de nos auditeurs, probablement, vont aller à Paris un jour et visiter Paris. Alors pour vivre comme un bon Parisien, quel restaurant est-ce que tu conseillerais de visiter ?

 

[12:35] - Claire-Lise

C'est difficile parce qu'il y en a beaucoup. Je trouve qu’à Paris, les très bons restaurants, c'est souvent les restaurants italiens. On n'est pas trop trop loin, en France, de l'Italie. Moi, c'est ma cuisine préférée. Si je devais en recommander un… Il y en a un que j'aime beaucoup, qui est dans le septième. C'est une pizzeria, justement, qui s'appelle “Chez Pippo”. Donc, je pense que c'est vraiment un restaurant que je recommanderais.

[12:59] - Shade

Funny enough, Claire-Lise’s recommendation is an Italian restaurant! If you’re in the seventh arrondissement, or district, make sure you check out Chez Pippo.

Next, I want to find out more about a typical work day for Claire-Lise. Is office life in France really that different from the rest of the world?

[13:16] - Shade

Cool, c’est intéressant de voir que… une Française qui vit à Paris, recommande un restaurant italien. Alors, parle-nous un peu de la “vie de bureau” en France parce que bon… il y a des rumeurs que la vie de bureau en France est très différente de la vie de bureau dans le nord de l'Amérique surtout. Avant le Covid, à quoi ressemblait une journée typique au bureau, pour toi ?

 

[13:39] - Claire-Lise

Alors, avant le Covid… normalement, typiquement, j'arrive au travail entre neuf heures et neuf heures et demie, donc la plupart du temps, je vais travailler toute la matinée, éventuellement prendre une pause café avec mes collègues. Bon, à voir. Ensuite, on prend effectivement une vraie pause déjeuner. La plupart du temps, c'est très rare en France que les gens ne s'arrêtent pas au moins une demi-heure pour déjeuner et vraiment déjeuner, à aller chercher quelque chose ou aller même parfois au restaurant. 

 

[14:06] - Claire-Lise

Après, par contre, on ne prend pas tous les jours des pauses de deux heures non plus pour déjeuner. Ça peut arriver à certains moments, mais la plupart du temps, ce sera entre une demi-heure et une heure. Si on n'est pas submergé de travail, on essaiera de toujours prendre une pause. C'est important pour même socialiser avec les autres, discuter et avoir… pas seulement… que le travail ne soit pas seulement un lieu où on travaille, mais aussi un lieu où on peut discuter de nos avis. Enfin moi, j'appréciais ça. Malheureusement, on en a moins avec le Covid.

[14:35] - Shade

Before Covid, Claire-Lise would arrive at work between nine and nine-thirty. She’d then spend most of the morning working, and maybe take a coffee break with her colleagues before her real lunch break. 

While rumors of a two-hour lunch every day are exaggerated, workers will usually try to take a break if they aren’t overwhelmed with things to do – between half an hour and an hour.

Socializing is really important in French work culture. Unlike other places in the world, the office isn’t just where people work – it’s a place where you can discuss your opinions. 

[15:07] - Shade

Ça, c'est super cool. C'est vraiment différent de la culture de l'Amérique du Nord, le travail. Les heures sont très contrôlées et tu dois arriver au travail à une heure spécifique. Et tu n’as que… peut-être quinze à trente minutes pour prendre ta pause déjeuner, tu ne peux pas juste partir et prendre une pause comme tu veux. Je trouve qu'il y a des changements, qu'il y a plein de compagnies qui commencent à partir dans cette direction, un peu plus européenne et plus libre. Et j'adore. Je trouve que ça rend les gens plus heureux et que les gens sont contents d'être au bureau. Et ça, c'est important. Alors c'est exactement comme les rumeurs disent !

[15:44] - Claire-Lise

C’est vrai. J'ai l'impression que c'est souvent ça qui interpelle les gens. C'est cette pause déjeuner. Bon, après, on ne finit pas très tôt. On finit vers… typiquement si j’ai une journée tranquille, je vais terminer vers dix-neuf heures, donc sept heures du soir.

[15:57] - Shade

Ouais, tu vois c’est complètement différent parce que normalement, en Amérique du Nord, tu finis à cinq heures, tu ne vas jamais travailler plus tard que cinq heures sauf si c'est vraiment une occasion extrême.

 

[16:08] - Claire-Lise

C'est ça, alors que nous… Il y a même des gens qui peuvent, si tu pars trop tôt le soir, tu peux avoir des remarques comme “Ah, ben, tu as pris ton après-midi !”, si tu pars à dix-huit heures, par exemple. Ce n’est pas très bien accepté, les gens qui rentrent très tôt.

[16:21] - Shade

Another difference between France and places like the USA is that workers don’t go home at five o’clock. Most people finish at around seven – and that’s if it’s been a quiet day. Leave any earlier? You can be sure your boss and coworkers will notice – and probably make fun of you. 

Moving on to more personal stuff, let’s talk about Claire-Lise’s husband – who, as it turns out, is also an actuary. 

[16:44] - Shade

Ok, intéressant. Alors Michelle m'a dit que tu es mariée et que ton mari a la même profession que toi. Est-ce que vous parlez beaucoup du travail à la maison ? Et comment est-ce que c'est d'avoir un compagnon qui fait la même chose, professionnellement, que toi ?

 

[16:56] - Claire-Lise

On ne parle pas trop de travail parce qu'il ne fait pas exactement la même chose que moi. Il travaille plus dans le côté risques financiers. Et moi, je travaille plus dans le côté assurance vie. Puis bon, c'est vrai que parfois, quand on a toute une journée de travail, on n'a pas très envie de recommencer à parler encore d'actuariat, ce qui est quand même intéressant, mais ce n'est pas le sujet le plus fun du monde. Donc bon, on évite. Après, c'est intéressant quand même parce que si j'ai une question, par exemple, je peux lui poser et vice versa, comme on ne travaille pas exactement dans les mêmes domaines. Ça peut être intéressant.

[17:32] - Shade

Claire-Lise’s husband works in financial risk, while she works in life insurance. Which means it’s a lot easier to keep things separate. They try not to talk shop after spending all day at work, but they do sometimes ask each other for advice. 

So if they didn’t meet at work, how did they meet? And how did Claire-Lise know he was the one?

[17:52] - Shade

On a une question un peu osée. Pourquoi est-ce que tu as choisi d'être avec ton mari, qu'est ce qui le rendait spécial et qu'est ce qui t'a fait dire “Je vais passer le reste de ma vie avec cet homme” ?

 

[18:05] - Claire-Lise

Alors, on s'est rencontrés à l'école. Moi j'étais en première année et lui en dernière année, donc on ne s'est pas vus très longtemps à l'école. Je pense que c'est ses qualités qui m'ont fait tomber amoureuse de lui parce qu’en premier lieu, il est très gentil, il est intelligent et il me fait toujours beaucoup rire. Je pense que c'est ça qui fait que je le trouvais mieux que tous les autres garçons que j'avais pu rencontrer. 

[18:29] - Shade

C'est super. Je pense que d’avoir qualité de pouvoir faire quelqu'un rire, tu as besoin de ça dans une relation pour, je pense, pour être heureux dans le futur et encore plus dans un mariage.

[18:40] - Shade

Although they attended the same school, they didn’t see each other much since he was older. But later on, she found that he was very nice, smart, and made her laugh. Which made her think he was better than any other guy she’d ever met. 

Next I want to find out more about Claire-Lise’s future plans. Funny enough, she’s learning English and wants to move to an English-speaking country!

[19:02] - Shade

J'ai entendu dire que tu aimerais t’expatrier dans un pays anglophone, peut-être quelque part comme New York ou Londres. Beaucoup de nos auditeurs veulent faire exactement la même chose, pour aller dans un pays francophone et améliorer leur français. Parle-nous de ce qui te motive d'aller vivre dans un autre pays et dans un pays anglophone.

[19:22] - Claire-Lise

Eh bien déjà, c'est vrai que de la même manière que les gens aimeraient bien venir en France pour perfectionner leur français, j'aimerais bien vivre dans un pays anglophone pour pouvoir vraiment bien parler anglais, parce que je pense que c'est difficile de vraiment parler couramment anglais si on ne le pratique pas tous les jours et malheureusement, ce n'est pas mon cas. 

Ensuite, je trouve ça passionnant, en fait, de pouvoir aller vivre dans une autre ville, dans un autre pays où il y a d'autres traditions, d'autres coutumes, d'autres manières de vivre. J'aimerais vraiment pouvoir en plus m' en apercevoir parce que ce n'est pas la même chose quand on veut faire du tourisme que quand on vit vraiment, qu'on travaille. Là, on se rend vraiment compte de comment est-ce que les gens vivent. Et il y a beaucoup de pays en fait où j'adorerais aller vivre.

 

[20:08] - Shade

Claire-Lise wants to move so she can work on her English. It’s really difficult to speak fluently if you don’t practice every day – and with her work, she doesn’t have time. 

What she’s excited by most is the idea of living somewhere with different traditions, customs, and ways of living. You get a perspective from living and working in a place you just don’t get as a tourist. There’s lots of countries she’d like to live in, so who knows what the future holds?

My last question, for those who want to go someday: what insider tips does Claire-Lise have for living in Paris and making Parisian friends? 

[20:43] - Shade

Ben super. J'espère que tu vas pouvoir faire ça dans le futur et bon… on est arrivées à notre dernière question. En tant que Parisienne, quels conseils donnerais-tu à nos auditeurs qui veulent venir vivre à Paris et faire des amis parisiens ? Est-ce qu'il y a des choses qu'il faut faire, des choses qu'il ne faut pas faire ?

 

[21:00] - Claire-Lise

Je pense que Paris, c'est une ville où il est plutôt facile de rencontrer des gens. Il y a peu de “vrais Parisiens”, entre guillemets. La plupart des Parisiens, c’est des gens qui viennent soit de toute la France, soit de l'étranger, et je trouve que les gens sont assez ouverts et ils ont plutôt envie de rencontrer de nouvelles personnes. Donc, c'est agréable. Et sinon, je pense que si on veut rencontrer des Parisiens ou même des Français en général, je pense que c'est bien de bien aimer manger et boire. Parce qu’on fait beaucoup ça ! On va beaucoup boire des verres, on va beaucoup au restaurant et on fait beaucoup d'événements centrés autour de la nourriture, je pense. Donc c’est important.

[21:44] - Shade

According to Claire-Lise, there are very few “real Parisians”. Most Parisians come from all over France and the rest of the world, and many of them are excited to meet new people. 

But if you’re going to make friends, you gotta love eating and drinking. French people drink a lot, go out to lots of restaurants, and lots of events are centered around food. 

[22:03] - Shade

Bah moi, j'adore ça, alors je pense que je n’aurais zéro problème à me faire des amis à Paris. 

[22:09] - Shade

Ben merci Claire-Lise. C'était vraiment super de t’avoir sur le podcast et on a adoré parler avec toi. Et je pense que nos auditeurs vont aussi adorer.

 

[22:18] - Claire-Lise

Merci beaucoup, en tout cas de m'avoir invitée, c'était très intéressant et très sympa, merci.

[22:27] - Shade

And that’s the end of our interview. I hope you got some insight into what life in Paris is really like – I know I did!

We love hearing what you think, so make sure to leave us a review. And send us a screenshot too, so that we can give you a shoutout. 

Thanks for listening, and I’ll catch you next time.