La Révolution française moderne

The modern French Revolution

You probably learned about the French Revolution in school (or at least watched Les Mis). But what does a modern French protest look like? Our guest, Blandine, gives us all the details. Including why you should bring swimming goggles, and why it’s ok to protest naked.

[00:00] - Michelle

Hey guys! You're listening to the bilingual French-English Naked French Podcast. We chat to French people about life, love and all the stuff in between. You can also get the transcript free at our website NakedFrench.co. I'm Michelle, the creator or Naked French and I'm joined today by our host, Shade.

[01:04] - Michelle

Today, we’re joined by someone who embodies the French motto, “Liberté, Égalité, Fraternité”. Blandine is an art teacher turned artist living in Paris. She’s also an activist and has been front and center at many manifestations – or protests – over the years. 

Stick around and find out how protests are a key part of French culture and why you should always bring swimming goggles when you take to the streets. 

 

[01:04] - Shade

Bonjour Blandine. Bienvenue au Naked French Podcast, on est heureux de t'avoir ici aujourd'hui avec nous.

 

[01:10] - Blandine

Bonjour Shade, bonjour Michelle, merci de m'accueillir.

 

[01:14] - Shade

Alors on va parler un peu de ta vie et un peu de tout et j'aimerais commencer au tout début. Où est-ce que tu as grandi en France ? Est-ce que tu as grandi à la banlieue ou à la ville ou à la campagne? Et est-ce que tu avais des frères et des sœurs ?

 

[01:31] - Blandine

Alors, j'ai grandi en région parisienne, à l'ouest de Paris, et j'avais trois frères et sœurs, tous plus grands que moi. Et globalement, c'était une enfance très heureuse.

[0:43] - Michelle

Blandine grew up in the suburbs west of Paris and was the youngest of three brothers and sisters. Overall, she had a happy childhood.

[01:51] - Shade

Super, et quel type d'adolescente étais-tu? Ah, si tu devrais choisir trois mots pour te décrire, quels mots choisirais-tu ?

 

[02:01] - Blandine

J'avais une adolescence peut-être un peu « cliché », mais j'étais plutôt une hippie, donc j'étais toujours à écouter les Pink Floyd en fumant des joints avec des amis dans des parcs. Et c'était aussi très heureux comme période de ma vie.

[02:21] - Michelle

Blandine was your typical teen, though she saw herself as more of a hippie. She enjoyed listening to Pink Floyd and smoking joints with friends in the park. 

As the years went on, Blandine embraced her rebellious side and got involved in all sorts of protests, especially in education and teacher’s rights. In fact, that’s how she met her now partner. 

  

[02:43] - Shade

Super ! Et bon, on va parler un peu de ta vie de couple. Comment est-ce que tu as rencontré ton partenaire ?

 

[02:49] - Blandine

J'ai rencontré mon conjoint dans une assemblée générale. En français, on appelle ça une A.G. C'est des réunions collectives pendant des mouvements de grève durant lesquelles on décide des actions qu'on va faire pour faire durer le mouvement et essayer d'obtenir ce que l'on souhaite. Et j'étais prof à l'époque et c'était dans une A.G. de profs. Voilà où j'ai rencontré mon conjoint.

[03:17] - Michelle

Blandine and her partner met at a planning meeting – what the French call une assemblée générale or une A.G – before a protest. At an AG, you figure out the most important items on the agenda, and what’s the best way to take action about it. At the time, she was a teacher and so was he.

[03:37] - Shade

Et quelle était ta première impression ? Et est-ce que cette impression-là était correcte ?

 

[03:42] - Blandine

Ma première impression, c'est qu'il était très bizarre et un peu fou. Et ça s'est avéré totalement vrai, même bien au-dessus de mes espérances !

[03:54] - Michelle

At first, Blandine thought he was weird and a little crazy – which turned out to be totally true! 

Like the time he went on national TV naked …

 

[04:07] - Shade

Ah bon, ben, apparemment, tu nous a dit que ton partenaire a fait une manifestation complètement nu à la télé, ce qui me paraît, comme tu dis, un peu fou. Parle-nous un peu plus de cette histoire.

 

[04:23] - Blandine

Oui, il était pas complètement nu. Il était en slip, mais quand même. Et c'était toujours pour une grève d'enseignants où on demandait plus de moyens pour les élèves et pour l'Éducation Nationale. Et il a fait comme un « happening » devant la gare Saint-Lazare, où il était prof, en slip et il faisait classe devant des élèves et lui était en slip pour illustrer le fait que l'Éducation Nationale française n'avait pas assez de moyens à offrir à ses enseignants.

[04:59] - Michelle

To show that teachers and education were underfunded, Blandine’s partner decided to teach a class in his underwear in front of the Saint-Lazare station. The whole thing was filmed and broadcasted on TV!

It was a very effective and creative way of bringing attention to issues - not to mention - complètement fou!

[05:18] - Shade

Ben au moins c’est pour une très très bonne cause et c’est vraiment super, je pense que ça prend beaucoup de courage.

 

[05:27] - Blandine

Ouais, ouais, ouais, ben c'est vrai que… il est courageux et aussi très drôle. Voilà, c'est un quotidien un peu hors norme, mais c'est génial.

[05:39] - Michelle

Next, let’s find out what key events have shaped Blandine the most in life. 

[05:44] - Shade

On va parler un peu de ta carrière. Quels sont tes trois événements les plus marquants de ta vie, que ça soit au niveau professionnel ou personnel ?

 

[05:57] - Blandine

Je pense que c'est des événements qui ne sont pas directement liés à une carrière professionnelle, mais qui ont été… extrêmement déterminants pour les choix que j'ai faits par la suite. Et notamment lorsque j'ai acheté mon premier vélo, quand j'étais étudiante, quand j'avais 18 ans ou quand plus tard, j'ai acheté mon premier scooter. 

Ça semble vraiment ridicule comme actes et ça a vraiment participé au fait que je souhaite me sentir libre, le plus possible. Et ça, je pense que c'est aussi dans des petits événements comme ça que je trouve des échos avec la façon dont je souhaite vivre ma vie.

[06:43] - Michelle

Blandine describes the two events that stand out for her: when she bought her first bike, and when she bought her first scooter. Above all, Blandine wants to feel free, and says this is behind pretty much every choice she makes. 

Liberty is at the heart of French culture – and at the heart of protest. It’s also at the heart of Blandine’s personal philosophy in life too.

[07:07] - Shade

C'est une super réponse, je pense que tu as raison, les moments qui te donnent le plus de liberté sont les moments les plus importants dans toute la vie.

 

[07:16] - Blandine

Ouais, carrément, carrément. Et c’est… parfois c’est dur de sauter ce cap de grands changements, de… un peu de grandes résolutions, mais au final, voilà. Si c'est pour gagner un peu en liberté et en joie, voilà, c'est toujours bien. Je suis désolée, c'est un peu un cliché comme réponse, mais bon.

 

[07:43] - Shade

Non, non, non ! Moi je trouve que c'est une super réponse. 

[07:47] - Michelle

I still want to hear more about Blandine’s career, so now we’re going to ask about how she’s found the transition from full-time teacher to artist. 

[07:56] - Shade

Et bon, apparemment, tu as étudié les Beaux-Arts et tu as enseigné l'art en tant que professeur. Et maintenant, tu travailles en tant qu'artiste à Paris. Est-ce que tu as trouvé la transition difficile entre le statut d'enseignante, où la vie est plutôt stable, à celle d'artiste, où t'es souvent confronté avec beaucoup d'incertitudes ?

 

[08:22] - Blandine

Eh bien, en fait, pas tellement parce que… c'est comme des allers-retours permanents entre ma pratique personnelle, ma pratique plastique personnelle et l'enseignement. Et quand j'ai commencé à devenir prof, je savais que je voudrais pas faire ça toute ma vie. Donc, je perdais jamais de vue ce moment où voilà où je serais prête pour ne plus être prof. Et ce moment est arrivé et c'est génial. Je suis très contente. Mais non, après, même pour des préoccupations plus matérielles et d'un point de vue financier.

 

[09:03] - Blandine

Le fait d'avoir travaillé pendant presque dix ans m'a permis aussi de faciliter cette transition aussi, de façon économique, bien sûr.

[09:12] - Michelle

Blandine never thought she’d be a teacher forever. She always knew that someday, she would move on and focus on her own art. And now that the time has come, she’s very happy with where she’s at. 

Teaching for ten years allowed Blandine to build up some savings and has made the transition relatively easy. It’s not easy being a full-time artist, but Blandine made rational decisions going into it - so she didn’t have to risk it all in order to pursue work that she loves.

Moving on, I want to find out more about Blandine's love of protesting, and why she feels that it’s fundamental to French society. 

[09:47] - Shade

Super ! Et on va, on va parler un peu de ton amour pour la manifestation. Alors on sait que tu aimes les manifestations. Est-ce que tu penses que c'est quelque chose typiquement français de participer dans les manifestations ?

 

[10:03] - Blandine

Je sais pas si c'est typiquement français parce qu'il y a des grands mouvements de révolte et il y a des grands mouvements citoyens dans plein d'autres pays du monde, mais en tout cas, je pense que c'est inconcevable et inimaginable d’avoir la France sans manifestations et sans grèves. Ça, c'est clair !

[10:25] - Michelle

While demonstrations and strikes aren’t necessarily French, Blandine can’t imagine France without them. She believes that protests create a sense of shared meaning, where people connect and gain a sense of belonging in doing things that they believe in.

 

[10:41] - Shade

Et tu as dit que le fait de manifester, tu penses que c'est quelque chose qui construit l'humanité. Pourquoi penses-tu que c'est si important de descendre dans la rue ?

 

[10:54] - Blandine

Je pense que ça forge la personnalité et c'est un … des étapes importantes à vivre dans la construction de sa personne. Et souvent, on est confronté aux premières manifestations en étant adolescent. Donc, c'est pour ça que c'est pour ça que je passe… enfin, quand je parlais de construire ces humanités, c'est comme… comme un cours en plus quoi. C'est vraiment un cursus, à mon avis par lequel il faut passer. Parce que c'est important de se sentir nombreux et unis dans une cause commune.

[11:35] - Blandine

Et c'est aussi faire l'expérience que cette agrégation de plusieurs êtres humains tendue vers la même chose, peut effectivement changer. Et on peut obtenir des choses en décidant de descendre dans la rue et de crier pour ça. Parfois, ça fonctionne et quand ça fonctionne, c'est extraordinaire d'avoir ce… de ressentir cette force et ce rapport de force qui s'opère avec le pouvoir.

[12:03] - Shade

Absolument. Je suis complètement d'accord. Je pense que c'est important de savoir le pouvoir qu'on a en tant que société et savoir les changements qu'on peut créer si on travaille tous ensemble.

[12:15] - Michelle

For Blandine, protest is a way of building community and feeling united by a common cause. Seeing that a group working towards the same thing can make a change. And that you can get things done by taking to the streets and shouting for it. It makes you feel strong, and helps restore power back to the people. 

When I ask about memories from protests over the years, Blandine tells me about a quiet demonstration a few years back that turned ugly. 

 

[12:44] - Blandine

J'ai souvenir… une manifestation vraiment importante à laquelle j'avais participé. C'était le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy, ça a été un président français, et c'était un moment très fort en France parce qu'il a… Il a symbolisé un changement assez radical aussi dans la politique. Et ce soir-là, on était très nombreuses et très nombreux à s'être réunis place de la Bastille, dans l'attente des résultats. Et quand les résultats sont tombés, il y avait plein de cars de CRS qui bloquaient tous les accès de la place de la Bastille et les manifestantes et les manifestants étaient encerclés pendant des longues heures où on jouait au chat et à la souris, et c’était incroyable aussi.

 

[13:37] - Blandine

C'était il n'y a pas très longtemps. Il y a quatre ans, c'était une manifestation enseignante qui sont en général des manifestations très tranquilles, très calmes, avec des petits chants, des petites banderoles.

 

[13:51] - Blandine

Voilà, c’est assez tranquille et le parcours nous faisait passer par des quartiers extrêmement bourgeois et des arrondissements très, très huppés de Paris, qui sont juste à côté du ministère de l'Éducation Nationale. Et à un moment donné, j'ai… on m'a lancé quelque chose sur la tête et je me suis rendu compte que c'était un pot de fleurs, donc il y a un pot de fleur en terre qui s'était brisé sur ma tête. La manifestation s'est un peu arrêtée parce qu'il y a eu des témoins qui m'ont dit d'où venait… donc vraisemblablement ça venait du quatrième étage, etc.

 

[14:31] - Blandine

Après donc ils ont appelé les pompiers. J'étais un peu sonnée et en fait, moi, ça allait bien. 

[14:37] - Michelle

As they walked through the streets of a well-off neighbourhood in Paris, someone threw a flower pot from an apartment on the 4th floor, and hit Blandine on the head. 

[14:48] - Blandine

Je pense que j’ai la tête dure, comme on dit, mais… Mais j'étais hyper en colère, en fait. En fait j'étais hyper en colère de me rendre compte à quel point la société française était divisée pour que… pour qu’en passant dans les beaux quartiers de Paris, quelqu'un, de son appartement lance un pot de fleurs sur une pauvre manifestation de profs qui demandent des moyens pour leurs élèves de banlieue qui n'ont pas de moyens, quoi.

[15:18] - Blandine

Et c'est plus ça qui m'a vraiment attristée, quoi, et rendue amère. Mais sinon, ma tête allait très bien.

[15:26] - Michelle

Luckily, Blandine wasn’t hurt, but she was upset to see how divided French society could be. She was hurt to see that level of aggression towards a peaceful demonstration.

 

[15:39] - Shade

Waouh… j'y crois même pas, ça a dû être vraiment un choc. Quelle expérience et, ouais, quel choc de réalité de voir qu'il y a des gens vraiment pas sympas dans ce monde.

 

[15:55] - Blandine

Non seulement pas sympa, et puis c'est un symbole. C'est vraiment le symbole de l'individualisme. Je ne sais même pas s'il avait compris que c'était une manif de profs. Juste il s’est dit : « Y a du bruit, c'est en dessous de chez moi. Ben, partez, quoi ». Enfin, je trouve ça super… super bizarre comme réaction d'être humain, mais les êtres humains ont des réactions bizarres parfois, voilà !

 

[16:22] - Michelle

Blandine’s not sure whether the person actually knew it was a teacher’s protest, or if they just thought, "There's noise below my house, maybe if I throw this flowerpot at them they’ll leave.” She doesn’t understand how a human being with a heart could have this kind of reaction, but she says that sometimes, people just act weird. 

So we’ve seen that protesting can be serious, but it can be fun too. Next, I ask Blandine about the funniest protest she’s ever been to. 

[16:53] - Shade

Et quelle a été la manifestation la plus drôle à laquelle ton partenaire et toi ont participé ?

 

[17:02] - Blandine

Eh bien, c'était aussi une sorte de « happening » devant la gare Saint-Lazare, qui avait brassé pas mal de monde et pas mal de médias. On avait joué comme une petite saynète… où moi j'étais son supérieur hiérarchique, j'étais un peu un tyran et lui, c'était mon secrétaire qui essayait d'arranger les choses. Et puis, au fur et à mesure, on se faisait poursuivre et pourchasser par une horde de zombies ensanglantés qui venaient nous abattre. Enfin bon, c’était un peu… et ça s'est terminé dans des bains de faux sang, sur une musique de Michael Jackson et un flashmob gigantesque.

[17:46] - Michelle

Blandine once acted out a skit with her partner where she played the role of a tyrant boss and he played the secretary, trying to appease her. The whole thing ended with a horde of zombies, a bunch of fake blood, and a giant flash mob to a Michael Jackson’s Thriller.

[18:03] - Blandine

C'était super, c'était super drôle et c'est génial de pouvoir aussi injecter de la créativité, du rire dans des situations comme ça, parce que… on a vraiment besoin des médias pour relayer nos réclamations. Et les médias s'intéressent aussi à ce type de protestation quand elles sont écrites et un peu jouées et qu’il y a un autre... On propose aussi autre chose, quoi.

[18:38] - Shade

Ben ouais, je pense que dans la vie, si tu, si tu fais un bon spectacle, il y a de grandes chances d'avoir plus d'attention.

 

[18:47] - Blandine

Ouais, c’est clair !

[18:48] - Michelle

Blandine says that apart from being fun, injecting a bit of creativity and laughter into a demonstration is the best way to get the media to broadcast the important issues that protesters are trying to highlight.

For my final question, let’s ask Blandine how first-time protesters should prepare for their first demonstration. 

And let me say that her answer was not quite what I was expecting. 

[19:13] - Shade

Et bon, on est arrivées à notre dernière question : quel conseil donnerais-tu à quelqu'un qui va aller à sa première manifestation en France? Que devrait-il préparer? Que devrait-il apporter et à quoi devrait-il s'attendre ?

[19:32] - Blandine

Alors, je pense qu'il faut des bonnes chaussures. Euh, des lunettes de piscine, parce que les gaz lacrymogènes font beaucoup pleurer et ça peut être un peu handicapant pour voir son chemin et on sait jamais comment ça peut tourner, donc des lunettes de piscine, ça aide bien dans ces cas-là. Et puis surtout, y aller pour une bonne raison, quoi. Voilà. Et d’aller crier dans la rue quand on a vraiment envie de… quand on y croit vraiment et entouré de bonnes personnes. Voilà.

[20:10] - Shade

Ben c’est super, ça, c'est un bon conseil et je pense qu’il y a plein de gens qui vont écouter ça, et ça va peut-être les inspirer de trouver du courage pour aller et descendre dans la rue, comme on dit, et…

 

[20:23] - Blandine

Et surtout que c'est… franchement c'est pas sorcier, quoi. Il suffit juste de marcher et de crier ou de chanter ou de tenir une pancarte. Et franchement, venez, venez, venez manifester.

[20:40] - Michelle

Blandine’s advice? Bring a good pair of shoes, and swimming goggles to protect your eyes from tear gas. Otherwise, it’s a lot harder to get around. 

You should also always have a good reason to go. Shout in the streets when you really believe in a cause and are surrounded by good people. Protesting isn’t rocket science. You just have to walk, shout, sing, or hold a sign – and above all, show up. 

 

[21:10] - Shade

C'est super. Merci. Merci beaucoup d'avoir pris le temps de parler avec nous aujourd'hui.

 

[21:16] - Blandine

Merci beaucoup de m'avoir invitée.

 

[21:23] - Michelle

And there you have it! Thanks for listening to today’s episode. If you have a cause you care about, hopefully this gave you a little inspiration and some useful tips for getting involved. 

And if you’d like to support the show, please leave a review! 

Thanks for listening, we’ll see you next week!